L'Agasef, Association de Gestion de l'Action Sociale des Ensembles Familiaux, est une association loi 1901 du secteur social.
Notre activité est répartie en 4 pôles : Prévention, Insertion, Protection de l'Enfance et Animation Sociale et Culturelle.

Siège Social : 15 rue Léon Blum
42000 SAINT-ETIENNE

tél : 04 77 32 51 73
siege-social@agasef.fr

< Retour

Suite Signature de la Convention...


Pour Anne-Marie Fauvet, la directrice, cette mission de médiation a pour objectif de gérer les conflits de plus en plus fréquents dans l’espace public des villes et villages. « Nos actions vont le plus souvent en direction des jeunes. Nous allons chercher ces ados qui passent une grande partie de leur temps dans les rues, qui ne fréquentent aucune des structures mises en place pour eux. L’Agasef a pour but de les responsabiliser, seuls ou en groupes, afin d’améliorer leur insertion sociale et résoudre les problèmes sociaux. Nos moyens d’actions sont l’information, l’éducation, la formation, les pratiques de gestion et d’économie et toutes les nouvelles méthodes concourant à ce but. »


C’est un travail de longue haleine, réalisé par des professionnels ouverts au dialogue, qui ne jugent pas et n’ont pas d’a priori. Si les jeunes sont les premiers concernés par ces actions sur le terrain, les conflits ne sont pas l’exclusivité de cette tranche d’âge. « Les conflits sont partout, les adultes n’y échappent pas. Ce sont souvent des problèmes de voisinage qui ne se règlent pas à l’amiable. »

« Nous essayons de donner un sens au vivre ensemble »

Ces « missi dominici » du social, envoyés sur le terrain, dans les quartiers, par l’association ont pour mission de tisser, de resserrer un lien social. Gros challenge, énorme chantier. « Nous essayons, avec souvent de belles réussites, de cimenter la cohésion sociale, de fortifier et donner un sens au vivre ensemble. Notre travail est conduit depuis 2013 en concertation avec les mairies. Elles sont quatre à ce jour à nous faire confiance : Sorbiers, Saint-Priest-en-Jarez, Roche-la-Molière et Saint-Jean-Bonnefonds », confie Anne-Marie Fauvet.

Même si les résultats sont difficilement qualifiables et quantifiables quand on évolue dans l’univers du social, ils sont bons. La première convention arrivant à son terme, il a donc été décidé de renouveler l’expérience et ces efforts unissant les communes, le Département, l’État et l’association.

Article paru dans La Tribune-Le Progres du 01/07/2017 - Photo Georges PICQ